vendredi 19 août 2016

Impressions de vacances




Je tourne la page de mes vacances. Je me suis sentie merveilleusement bien dans cette région de la Loire entre la Touraine et l’Anjou : une douce chaleur, le bleu du ciel, la lumière si pure.

J’ai aimé me réveiller au milieu des chevaux :  entendre leurs pas sur la route, leurs hennissements.



J’ai aimé partir à la découverte d’un incroyable patrimoine : Chenonceau, Fontevraud, les chateaux de Rivau et de Langeais, Chinon, Saumur, Angers : des merveilles.




J’ai aimé les vins


J’ai lu, beaucoup et goulûment. J’ai dévoré “Le Chardonneret” de Dona Tartt : des pages bouleversantes sur le deuil, le manque, l’amitié, la déchéance, l’art,  la solitude, le chagrin...
“Tout ce qui peut nous apprendre à nous parler à nous mêmes est important, tout ce qui est beau peut nous apprendre à sortir du désespoir en chantant".




A Loches, petit joyaux médévial, j’ai déniché quelques romans d’occasion chez une bouquiniste. Deux écrivains de l’été, de la douceur de vivre et d’un savoir vivre un peu désuet mais tellement précieux – Michel Déon “Tout l’amour du monde” et Félicien Marceau “Capri petite île”. Et une auteur que je voulais lire depuis longtemps : Violette Leduc “Trésors à prendre”.

Prendre tous nos repas en terrasse sur des ravissantes places de village, dans les jardins des chateaux ou dans notre petite cour.


Dormir la fenêtre ouverte et sentir sous la couette la fraicheur de la nuit.
Regarder des films en famille
Pas de routine, pas de rythme, pas d’obligation : vivre et laisser vivre.
Dire oui 

Tranquillement…






vendredi 5 août 2016

Petits comptes entre amies




Il est temps de faire mon petit bilan du mois de juillet
Je me décerne un très bon point ; j’ai fait très très peu d’achat pour moi…..

  • 3 thés au magasin bio Séquoia : un breakfast très classique (English Tea Shop), un thé vert/jasmin (Les jardins de Gaia) et un au chocolat ( Yogi Tea très agréable)
  • Une étole et oui en plein mois de juillet mais dans une couleur bleu gris que je recherchais depuis longtemps, toute douce et soldée….Bon OK j’ai déjà beaucoup d’étoles  ce n’était pas vraiment nécessaire. Mais j’en porte 315 jours par an donc…..je rentabilise et je les porte toutes.
  • 3 livres de poche offerts par le castor (ça compte pas vu que je n’ai pas payé J )

Là où les achats s’envolent, c’est pour le koala…

Bilan des soldes : deux paires de chaussures (il est normalement équipé jusque janvier), des chaussettes, un pantalon, un t-shirt….

Achat pour la rentrée :  un short et des petites chaussures de gym, un plumier et un cartable (rentrée au CP oblige), nouvelle boite lunch et gourde….

Catégorie « c’est les vacances, j'autorise n’importe quoi » :
-une grande tente pliable mais super encombrante, achetée dans un magasin à bas prix où rien n’est cher et on a du mal à dire "non"
-une raquette : le stage de tennis ayant été un super grand succès, mon fils se prend pour John McEnroe (mon fils est aussi mauvais perdant ). Je suis ravie qu’il aime ce sport, vu que j’ai moi même envie d’essayer. Je vous ai convaincu de la nécessité absolue de cet achat ?
-1 kit de plage :  pelle, seau en forme de bateau, etc, etc
-1 cerf volant : OK c’était en fait pour moi vu que j’avais mis ça sur ma liste d’envie pour l’été
-1 boite de Playmobil achetée avec les timbres du Carrefour – on ne pouvait vraiment pas passer à côté d’une aussi bonne affaire, humhumhum
- Il y a aussi eu les cadeaux pour Clément et Eugénie

Emplette de beaux souvenirs :
  • La location des vélos et des cuistaxs
  • Apéro et soirée moule sur la digue
  • Les deux musées sur la Grande Guerre
  • Les billets pour le musée de Cluny
  • La commande du Thailandais pour une soirée avec MagicWakame
  • Un déjeuner parisien avec deux anciennes collègues adorées

Pas un mois très économique, ni très minimaliste mais j’avais les éléments contre moi : vacances + solde + anticipation de la rentrée.

Je suspecte que le mois d’août sera encore chargé : le koala est en train d’exploser tous les genoux de ses pantalons, nous partons dans la Loire,  encore beaucoup de beaux souvenirs à engranger et de nombreuses tentations….. 


Et vous cigale ou fourmi ?

samedi 30 juillet 2016

Refuges et consolations:


L’époque n’est pas drôle, l’été particulièrement difficile. Je revois parfois ces clichés de l’été 1914 sur lesquels les gens s’amusaient et souriaient sur les plages avant l’apocalypse. Certes, je ne commence pas mon billet de manière très aguichante mais quand tombe sur nos épaules cette déferlante de nouvelles meurtrières, je désespère.

Alors, je cherche des consolations...

Ecouter : Radio Classique et plus particulièrement le « Passion classique » d’Olivier Bellamy avec pour invitée Francine Leca, première femme chirurgienne cardiaque, fondatrice de l’association « Mécénat chirurgie cardiaque », elle a opéré et sauvé des milliers d’enfants en France et à l’étranger, un pillier de mon panthéon. Elle nous dit  « la chose la plus simple , la plus quotidienne me plait, ne m’ennuie jamais, peler des oignons, ….. ». J’ai trouvé ça fabuleux ; cette vie si riche, si remplie, si accomplie et ce plaisir de l’anodin. Sagesse.


Espérer : « Le gamin au vélo »mon premier film des frères Dardenne. Concentré d’émotion et de tendresse . Le gamin est placé par son père dans un centre, le père vend son vélo comme pour mieux se débarasser de ce fils dont il ne sait quoi faire.  L’enfant va croiser,  sur son chemin de tristesse et de colère, la lumineuse Cécile de France : le soleil du film. Tous les acteurs sont d’une justesse incroyable. Cécile de France nous transporte par ce mélange de douceur et de détermination. Tout en intériorité, le gamin parvient à nous communiquer son immense douleur. Pas de discours pompeux, pas de pathos, de jugement mais des émotions limpides et tranchantes.



Pleurer : « Tel père, tel fils », film japonais, primé à Cannes en 2013 (Grand Prix du Jury). Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec son épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste… 
 D’autres ont fait de ce scénario un film très drôle, le propos est ici tout autre. Ce film dépeint nos sociétés modernes, hyper competitives qui nous poussent à élever nos enfants dans la peur pour en faire des bons petits soldats du capitalisme et c’est bien entendu un film sur le lien de filiation, sur ce qui nous unit à nos enfants mais aussi sur ce que cela signifie d’être parents, d’éduquer et d’élever. Deux conceptions vont s’oposer dramatiquement, jusqu’ à l’insupportable – le tout filmé et joué avec toute la pudeur et la sobrièté propre à la culture japonaise (ce qui rend ce film encore plus bouleversant).



Se Marrer : Zootopia : l’histoire d’une petite lapine qui réalise son rêve et devient agent de police avant de se frotter à la dure réalité du terrain. Le film est très drôle, Judy la petite lapine est une héroine pas godiche qui nous change des princesses/barbies chantantes.  Le tout est un peu moralisateur à la sauce américaine mais le message de tolérance, de méfiance à l’égard des préjugés est vraiment le bienvenu en ces temps troublés. Un peu de moral certes mais beaucoup de rigolade, un joyeux suspens et une musique follement entrainante. Une petite maxime à retenir pour survivre à l’actualité "La seule chose dont il faut avoir peur, c’est la peur !"


Croire "Le Petit Prince" : très bonne interprétation du chef d’œuvre de Saint Exupéry, sans trahir le message, sans bêtifier.  Encore une héroine maligne, déterminée et curieuse associée à un vieux monsieur facetieux  et excentrique qui va l’entraîner à travers l’histoire du Petit Prince dans un univers loufoque et poetique loin de l’esprit de compétition effréné inculqué par la mère. Je regrette simplement un l’univers un peu sombre et lisse qui entoure la rencontre avec le Petit Prince.  



Lire :
Pour réfléchir à l’endroit : le billet de Célestine : cassé le petit  ressort ?  

Pour s’éclipser : « Quand le requin dort » de Milena Agus : j’adore cette auteur, je lis tous ses livres. J’aime son univers ensoleillé, sensuel, âpre, en marge de la bienséance, ses personnages à la limite de la folie, qui n’ont jamais tout à fait quitté l’enfance. Je n’ai pas retrouvé la même magie que dans « Mal de pierres » ou « Battement d’ailes »  mais je me suis quand meme laissée bercer par sa folie douce, sa petite musique si différente, décalée.


Pour les souvenirs : « J’aurais préferé m’appeler Dupont » de Guillemette Le Vallon de la Ménodière (ouf) un petit livre dont la couverture m’avait fait croire à un livre humoristique. J’étais loin du compte. C’est l’histoire d’une petite fille qui ne trouve pas sa place, qui cherche avec fougue, rancune et angoisse. Je me suis laissée prendre par sa mélancolie, son mal-être, sa révolte. J’ai aussi souri à l’évocation de ses souvenirs. Je me suis souvent sentie très proche de cette petite fille garçon manqué qui refuse de se conformer à ce que l’on attend d’elle.




Respirer : le parfum de la bergamote, de la citronnelle, de la lavande et de la coriandre

Nager – cuisiner – écrirer – écouter les enfants jouer…..


« Celui qui est vainqueur, c’est celui qui peut, un quart d’heure de plus que l’adversaire, croire qu’il n’est pas vaincu ». Clemenceau (lu dans Le Point). 

La littérature, le cinéma, l’anodin m’aident à croire que nous triompherons : puisse la volonté politique triompher du tout économique. Que la force soit avec nous.

samedi 23 juillet 2016

Les grand aventuriers

Avec un peu de retard ....... les aventures du 25 juin !



Ca y est !  Nous avons enfin participé aux Aventures Légendaires…. La pluie a failli complètement  ruiner nos plans mais nous avons tenu bon !

Je vous explique : les Aventures Légendaires sont une chasse aux trésors dans 5 villages de la vallée mosane, aux environs de Dinant. J’en avais entendu parler sur plusieurs blogs et j’avais très envie de découvrir « pour du vrai ».

Première étape : arrêt à l’office du tourisme de Dinant pour se procurer le sac avec le livret, les cartes aux trésors des 5 villages et les accessoires. Coût 13€. Pour avoir des indices supplémentaires, on peut télécharger gratuitement  l’application. Parmi les 5 cartes du " Serment des 7 pierres", nous avons choisis Bouvignes, à 2 km de Dinant. La météo n’étant pas souriante, nous avons dû réduire un peu nos ambitions….





Deuxième étape : arrivée à Bouvignes, on sort la carte et c’est parti pour résoudre 8 énigmes. C’est drôle et à la portée des enfants sans être bébête . On apprend à mieux regarder, observer, admirer….  Chaque énigme est un mélange d’observation et de jeux. On a découvert un très joli village dans lequel nous ne nous serions jamais arrêtés. On a marché, on a ri, on a réfléchi et on a tenté de monter jusqu’aux ruines du château de Crèvecœur mais la boue et le mauvais état du chemin nous ont obligés à descendre sans avoir atteint notre but ! Palsambleu c’est diablerie 

Quand on a résolu toutes les énigmes,  on obtient une partie du code qui permet d’ouvrir le coffre situé dans l’office du tourisme.  Il faut donc faire les 5 villages pour obtenir l’intégralité du code. Nous avions espéré en faire deux  mais la pluie (et la fatigue ) a eu raison de nos ambitions d’explorateurs.

Les joyeux aventuriers  ont trouvé refuge dans un charmant hôtel caché au cœur d’une nature dont j’ignorais la beauté, Le Castel au Pont. Les environs sont superbes avec des petits airs de nature normande.  Nous avions la piscine pour nous et une très belle vue sur les collines. La chambre était nickel, calme, confortable. Le restaurant joliment décoré mais l’assiette pas inoubliable (et un peu cher), le petit-déjeuner parfait et le personnel adorable.  Un bon prix via booking.com et le tour est joué !







Et pour finir le week-end en beauté, nous avons passé notre dimanche aux journées de la force aérienne (Belgian Air Force Days). Antoine est rentré avec des milliers de waouh dans les yeux et des rêves plein les poches…..



Un magnifique week-end près de chez nous : on reviendra pour compléter notre chasse aux trésors !